Bik’ite Europe Trip – Luc

0
kms à parcourir
0
pays traversés
0
jours à pédaler

Tout plaquer et suivre ses envies. C’est ainsi que depuis 3 mois Luc a quitté La Rochelle avec un projet insolite et audacieux : partir découvrir les meilleurs spots de Kitesurf en Europe avec comme seul moyen pour se déplacer un vélo électrique.
Ce projet c’est en fait plusieurs défis à la fois : le dépassement physique, un voyage itinérant en solitaire et la volonté de faire connaitre des associations de malades.

Et il n’est maintenant plus à son coup d’essai, car en 2017 il se lançait dans sa première expérience en solitaire : la Mini Transat, la plus grande course au large en solitaire sur les plus petits bateaux. Pour cette deuxième aventure, il nous raconte ses motivations et les premiers mois déjà écoulés depuis son départ.

# Luc, depuis le 11 mai 2019 tu as quitté La Rochelle pour sillonner l’Europe à vélo pendant 4 mois. Un sacré défi ! D’où t’es venu l’idée ?

Grosse question…
En 2017 j’ai participé à la mini transat. Course en solo sur un voilier de 6,50m de La Rochelle en Martinique. Au delà de la course en tant que telle, c’est 2 ans de préparation : qualification au travers d’autres courses, recherche de sponsors, préparation du bateau. Tout en conciliant boulot (fin d’étude) et vie perso. Deux ans à 200 km/h, de galères mais aussi hyper riches : monter et « vendre » un projet, dépassement de soi, rencontres, ouverture d’esprit… Cette expérience a changé ma vie.

Le retour à la réalité en décembre 2017 a été très dur…
J’ai tenté de retrouver ma vie d’avant… J’ai essayé de changé de métier … Rien n’y a fait. Impossible de rester derrière un ordinateur et surtout je ne trouvais plus de sens dans ma vie et dans mon métier de chargé de projets pour le compte de grandes entreprises…

Entre temps j’ai découvert le Kitesurf, sport pour lequel j’ai tout de suite accroché ! J’ai donc eu très vite l’envie de voyager pour faire du Kitesurf. À la recherche de sens j’ai réfléchi à comment voyager de manière écologique, économique mais également rapide pour pouvoir atteindre les différents spots de Kitesurf d’Europe. Ce moyen c’est le vélo et pour aller plus vite et plus loin le vélo électrique… J’ai donc rompu ma période d’essai de mon nouveau job…

Peu de temps après je rencontre Angelique Galvaing qui gère l’organisation et la communication d’une course de vélo électrique solaire (qui se recharge à l’énergie du soleil grâce à des panneaux solaires), de Lyon jusqu’en Chine , the Sun Trip !
Je suis tout de suite séduit par ces engins incroyables et par la communauté des « sun tripers ». Angelique me présente un ancien qui vend son vélo. Mickael Joguet qui est arrivé deuxième du Sun trip 2018. Je lui rend visite avec mon matos de Kite. Des le premier aperçu du vélo j’ai vu que la planche de Kite, le plus encombrant de mon matos, passait sous le panneau solaire du vélo ! Alors banco je l’ai acheté ! J’ai vite convaincu mon partenaire de la mini, BakerTilly strego, cabinet d’expertise comptable, qui a tout de suite adhéré au projet. L’aventure se concrétisait.

# Au-delà de l’exploit sportif, ce projet c’est aussi celui de faire connaitre une maladie : l’exstrophie vésicale. Peux-tu nous en dire un peu plus ?

Certes c’est un projet solo mais je ne voulais pas qu’il soit qu’ individuel ! J’ai souhaité associer une cause à ce projet. Quoi de plus évident que de le faire pour parler de ma malformation : l’exstrophie vésicale. C’est une malformation qui à première vu ne se voit pas. Elle est lourde mais pas vitale. On apprend à vivre avec.
Pour faire simple quand on naît avec une exstrophie vésicale on naît avec la vessie, l’urètre, le sphincter (muscle qui retiens l’urine) le pénis ouvert sur le ventre.
Il faut donc au travers de multiples opérations, hospitalisations et rééducations reconstruire tout ça. On doit gérer la continence. (Continent à l’âge de 16 ans pour ma part), la sexualité et la procréation… chaque pathologie est différente et la gravité de la malformation plus ou moins grave. Pour ma part 10 opérations depuis ma naissance pour l’instant. Malgré cette malformation je suis heureux et épanoui, elle semble même me rendre plus fort.
Je pense être légitime comme porte parole de cette malformation. Au travers de ce projet je veux dire aux patients et à leur famille que non seulement on peut vivre avec, mais on peut même vivre à fond comme je le prouve par ce projet !

# Déjà 3 mois que tu es parti. Quel est à ce jour le meilleur souvenir de ton périple ?

Difficile à dire…pleins… Je pense que l’un des plus beaux est quand j’ai retrouvé après un longue histoire ma planche de Kite que j’avais perdue en mer et que mes amis espagnols rencontrés sur ma route m’ont aidé à récupérer et à me l’expédier sur ma route.

bikite_europe_trip_lespiedsdanslevide (3)

# Pas trop dures toutes ces journées à pédaler ?

Il y a des journées avec et des journées sans (surtout quand il n’y a pas de soleil…) J’ai eu pas mal de casse mécanique ce qui m’a puisé pas mal d’énergie et de temps. Heureusement il y a le Kitesurf qui me procure des doses d’adrénaline si fortes qu’elles me font oublier très vite ces petits problèmes inhérents à un tel trip. J’appréhende la phase retour par l’intérieur des terres d’Istanbul à La Rochelle où les plans d’eaux seront plutôt rares.

# En 2017, lors de la Mini-Transat, pour ceux qui te suivaient déjà, ils se souviendront de Maurice le bodet, ton fidèle compagnon ! Quelle est la mascotte cette année ?

Et bien non cette fois pas de mascotte… Je suis déjà beaucoup trop lourd avec tout mon matos… Chasse au poids et à l’encombrement.

# Tu as déjà parcouru plusieurs pays, lequel t’a le plus surpris de par ses paysages ou bien ses habitants ?

Difficile à dire… tous !
L’Espagne pour l’accueil de ses habitants notamment les membres de l’association exstrophie vésicale. Portugal aussi que je ne connaissais pas. J’y ai rencontré un accueil très fort et des conditions parfaites (soleil pour mon vélo et vent tous les jours pour kiter). Petite mention à la Croatie notamment un spot de Kite incroyable à Polce

# Et on termine par LA question incontournable de chaque interview, quel objet insolite as-tu embarqué pour ton aventure ?

Aucun vraiment. Mon vélo à lui tout seul est insolite ! C’est mon passeport ! Quand j’arrive dans un village je n’ai qu’à attendre 5 minutes et les gens viennent à moi. Facile ensuite de demander un coin où poser sa tente, où trouver du matos, où déjeuner etc, etc…. Je vous raconte même pas la tête des Kitesurfeurs quand je débarque sur le spot !

Suivez-le sur les réseaux sociaux pour ne rien manquer de son aventure !

On lui souhaite un excellent trip !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *