ISLANDE – 15 jours de Road-Trip

Infos pratiques

Compagnie Aérienne :
Wow Air

Loueur de voiture :
Campervan Iceland

Décalage horaire :
– 2h par rapport à la France

Langue :
Islandais

Monnaie :
Couronne Islandaise
⇒ Taux de change très variable < Conversion du jour

Budget de ce voyage :
2 500€

Carnet de voyage

Ce voyage en Islande j’en avais rêvé : partir à l’assaut de cette terre de contraste et rencontrer ses sources d’eau chaude, ses glaciers, son froid estival, son soleil de minuit. Voilà la promesse que nous nous sommes faites avant de partir pour 15 jours de road-trip. Un voyage entre copines tout en imprévus et en émerveillements.

Départ : Paris / 35°C / Soleil   –   Arrivée : Reykjavík / 9°C / Pluie 

– Jour 1 – Débarquement en terre sauvage

Quel choc de température à la sortie de l’avion ! Et dire qu’on quitte la canicule française pour se retrouver en à peine 3h catapulter en hiver. Fini les jolies robes et les chapeaux de paille. Il est temps de sortir notre magnifique doudoune achetée spécialement pour l’occasion. Et puis le bonnet tant qu’on y est. Les gants aussi ? Vraiment ?

Nous atterrissons à l’aéroport principal de l’Islande situé à 50 km au sud-est de la capitale Reykjavik qu’on peut rejoindre sans difficulté par bus. La route qui mène à la ville donne déjà une idée de certains paysages que nous verrons pendant ce road-trip de 15 jours puisque nous traversons de grandes landes de lave. Nous avons opté pour une première nuit à la capitale pour découvrir doucement l’ambiance de ce pays.

Clairement on avait imaginé avoir froid mais on aurait pas pensé ressentir autant le froid. Cela limite nos ardeurs et notre curiosité. Nous cédons quand même à partir à la découverte de l’église et de la sculpture Sun-Craft en forme de coque de bateau qui sont les emblèmes de la capitale.

Notre logement pour cette première étape est le CenterHotel Skjaldbreid. Extrêmement bien situé, cet hôtel se trouve dans l’artère commerçante majeur de Reykjavik appelée Laugavegur.

– Jour 2 – Prise en main de notre CamperVan

Après une bonne nuit de repos bien au chaud, nous partons rejoindre le loueur de voiture situé en périphérie de ville. Et là, au détour d’une ruelle, le coup de foudre ! Il est là : beau, élégant, légèrement apprêté… notre NISSAN NV200. Notre partenaire pour 13 jours et autant de nuits nous ouvre ses portes.

Petit tour du propriétaire : un lit, deux sac de couchages, une table, deux chaises et de quoi faire notre popote. Le rêve peut commencer 🙂

Pas temps de s’attarder c’est le moment de partir à la découverte du pays !
Nous avons opté pour visiter l’Islande dans le sens des aiguilles d’une montre. Plusieurs raisons :
– la partie la plus touristique est au sud, comme ça on s’est dit “Gardons le meilleur pour la fin”
– le soleil de minuit vous dites ? dans ce cas rendez-vous au nord du pays pour le Solstice d’été et vivons à fond cette expérience !

Nous prenons la direction de la péninsule de Snæfellsnes et faisons des stops environ toutes les 5 min tellement le nombre de cascades nous éblouit ! Premier arrêt plus long pour aller visiter la cascade Glymur.

S’il y a une règle à retenir en Islande c’est qu’en 15 minutes nous pouvons passer de l’été à l’hiver en passant par le printemps et l’automne et tout ça sans changer de place ! Clairement voilà notre première rencontre avec le climat Islandais : des trombes d’eau s’abattent sur nous, on est trempés en 5 min malgré notre équipement adapté. Pas grave on était prévenu on continue rien ne nous arrêtera ! Enfin si, une rivière, ou plutôt un torrent. Et là au milieu de ce torrent une minuscule corde. A cet instant ton esprit matheux te dit qu’il n’est pas possible qu’une si petite corde permette de lutter contre un si gros torrent. C’est à ce moment que surgissent deux personnes de l’autre côté de la rive, qui enlèvent leurs chaussures et qui se mettent doucement à enjamber un caillou puis un autre jusqu’à se retrouver de l’autre côté de la rivière. Désolé les amis mais c’est trop pour nous ! On se résout à faire demi-tour déçues de devoir s’arrêter là après en avoir déjà pris la plein la vue.

Pendant tout ce voyage, nous avons opté pour une organisation plutôt agréable qui consiste à s’arrêter un jour sur deux dans des piscines chauffées par la géothermie et profiter des douches obligatoires pour conserver un minimum d’hygiène.
Nous commençons donc ce rituel et quel plaisir de se baigner dans des eaux aussi chaudes quand l’air extérieur est frais.

Pour notre première nuit dans la voiture nous trouvons sans difficulté notre emplacement situé à côté de l’église de Búðir. Il est toujours amusant de se rendre compte quelques mois après en découvrant d’autres blogs que notre instinct nous a amené vers un des spots les plus photographiés d’Islande.

IMG_6958

– Jour 3 – Attends nous Walter Mitty

Les paupières s’ouvrent doucement et on se remémore là où on est : une voiture, de la buée, du froid, beaucoup de froid, pourtant le mec de la location nous avait parlé d’un chauffage ? Si si, “tournez le bouton à droite, puis celui là à gauche” sur le moment on a tout compris. Puis le soir venu, on avait beau avoir tout compris, le chauffage c’est officiel ne marche pas et là vient cet instant où tu te dis “non on va pas faire demi-tour ça plante tout notre programme”. Tu y croyais que ce n’était pas grave puis finalement le matin, recroquevillé sur toi-même, les membres engourdis, tu te dis que tout compte-fait c’est super embêtant qu’il ne fonctionne pas ce chauffage…

Après un réveil plutôt laborieux, quel plaisir d’apprécier la vue sous un immense ciel bleu ! Nous décidons de continuer notre périple sur la péninsule de Snæfellsnes pour découvrir des plages de sable noir dont le contraste entre le ciel, la mer et le sable nous émerveillent instantanément.

Les reliefs de Lóndrangar

La plage de sable noir de Djúpalónssandur

Sur la partie Nord de la péninsule nous accédons au Kirkjufell rendu célèbre par le passage où l’on voit Ben Stiller faire du skate-board dans le film Walter Mitty. Il faut dire que le coin est photogénique tellement cette montagne est singulière.

Nous décidons de quitter la péninsule pour rejoindre la route circulaire. Il faut savoir que le tronçon nord de la péninsule est constitué majoritairement de pistes en 2017. 70 km quand on n’a pas un 4X4 ça secoue un peu !

Pour cette deuxième soirée on se rend compte qu’il n’est pas toujours facile de trouver un endroit pour passer la nuit. En effet autant le camping sauvage est toléré, autant les chemins sont assez rares et il n’est pas toujours simple de trouver un endroit où s’isoler.

– Jour 4 – Deuxième bain en plein air

Le réveil se fait dans le brouillard et nous empêche de percevoir la route située à moins de 150 mètres. La nuit a été fraîche là encore, et nous décidons de nous requinquer dans un restaurant routier situé juste à la fourche qui conduit aux fjords de l’ouest. Nous n’aurons pas le temps cette fois-ci de découvrir cette partie de l’île.

Un chocolat chaud plus tard, nous décidons de sillonner la péninsule de Vatnsnes histoire d’occuper cette journée bien humide et partons à la découverte de la faune et de la flore locales. Ici le paysage est moins volcanique, nous rencontrons des champs remplis de lupins d’Alaska et découvrons nos premiers chevaux Islandais. Il parait également que de nombreux phoques sont visibles dans cette partie de l’Islande, il faut croire que eux aussi craignent le vent car il souffle toujours aussi fort ce qui limite nos sorties en plein air.
Pour autant nous avons eu un véritable coup de cœur pour cette péninsule très calme et très relaxante.

Sur la partie ouest de la péninsule se trouve le rocher appelé Hvítserkur. A quelques mètres du parking on marche pour rejoindre le bord de mer en haut de la falaise et juste là perdu au milieu du sable gît un immense caillou noir composé de deux arches. C’est assez étonnant de le voir en vrai car les photos laissent à penser que sa taille est immense alors qu’il semble égaré dans ces immenses étendues de sable et de mer.

Afin de terminer cette superbe journée, nous choisissons de rejoindre la ville de Hofsós sur la péninsule de Tröllaskagi pour profiter de sa spectaculaire piscine extérieure et se réchauffer un peu avant la nuit.

 – Jour 5 – A la recherche des trolls

De bonne humeur ce matin, nous repartons sur la route découvrir cette nouvelle péninsule. On commence par s’habituer au froid la nuit et à l’inconfort qui en découle.

Pourtant le mauvais temps est pire que la veille, du coup il est plus difficile d’apprécier les panoramas bouchés par le brouillard épais. Cela dit il faut bien reconnaître que cela créé une atmosphère très particulière qui je pense est indissociable de l’Islande et confère énormément de charme à ce pays.

Nous préférons donc rouler rapidement jusqu’à la ville d’Akureyrki en début d’après midi pour nous détendre dans la piscine de la ville remplie de bassins aux températures oscillants entre le chaud et le très très très chaud. Le must : se jeter dans le bain glacé ! Et nous poursuivons l’après-midi en visitant le jardin botanique de la ville histoire de s’acculturer aux différentes espèces endémiques et de prendre le temps de se laisser enivrer par les différents parfums. Le temps se radoucit, ce qui nous permet de profiter de la ville et de tester les bières locales. Après tout, après l’effort vient le réconfort, n’est ce pas ? Bon pour l’effort, hormis avoir bravé la pluie, nous n’en avons pas fourni beaucoup 🙂

Nous trouvons l’un de nos meilleurs spots pour dormir avec vue sur la mer et les montagnes, ça nous ferait presque oublier le froid. Pourtant le bonnet, les gants et les deux doudounes sont toujours d’actualité pour essayer de dormir le mieux possible.

– Jour 6 – Bienvenue au centre de la Terre

Pour les deux jours qui suivent nous partons en direction de la région de Mývatn.

Sur le chemin nous faisons une halte pour découvrir la célèbre cascade Goðafoss. Surnommé la chute des dieux, nous avons été impressionnées par sa taille. Il est possible de faire le tour et d’en apprécier l’ampleur sous différents points de vue.

1h plus tard nous arrivons au bord du lac de Mývatn et partons découvrir les beautés de cette région : 

  • Le volcan Vindbelgjarfjall :
    L’ascension est un peu raide mais la vue est à couper le souffle une fois au sommet !!! Nous avons adoré pourvoir apprécier d’en haut les circonvolutions du lac.
  • Les pseudo-cratères Skútustaðagígar : 
    Un sentier très accessible permet d’en faire le tour et d’observer les nombreux oiseaux qui vivent ici.
  • La faille de Grjótagjá :
    Rendue célèbre grâce à un épisode de Game of Thrones, cette faille présente deux cavités naturelles qui renferment des bassins d’eau chaude dont la baignade est désormais interdite. Autrefois un bassin était réservé aux femmes, un autre aux hommes.
  • Les marmites de boue et fumerolles de Hverir : 
    L’un des endroits les plus spectaculaires que l’on a pu voir pendant ce séjour. Visité en fin de journée, les couleurs ocres ont magnifié ce lieu rempli de phénomènes volcaniques.

La région autour du lac est remplie de moucherons qui viennent vite polluer votre plaisir. Ne pas hésiter à acheter en prévention des sprays répulsifs voire des filets de protection : accessoire qui nous aurait été bien utile pendant notre ascension du volcan.

Le volcan Vindbelgjarfjall

Panorama en haut du volcan Vindbelgjarfjall

Les pseudo-cratères Skútustaðagígar

La faille de Grjótagjá

Les paysages à couper le souffle de Hverir

Les mots manquent pour retranscrire les émotions que nous avons ressenties dans cette région. Si le sud du pays est très populaire et davantage connu, nous ne pouvons que recommander d’inclure à minima 2 jours dans ces sublimes espaces. Les nuances de couleurs et de volumes font vraiment parties je pense d’un des plus beaux endroits au monde. On ne peut que rester émerveiller par ce que la nature nous offre et nous rend tellement humbles face à elle.
Un immense merci aux Islandais qui ont su conserver intact la richesse de leur pays et ont aménagé avec énormément de discrétions ces espaces naturels !

– Jour 7 – Ça bout sous nos pieds

Le réveil est dur ce matin car nous sommes encore dans l’émotion de la veille. On aimerait que ces instants durent à tout jamais…

Nous avons encore une nouvelle journée dans la région de Mývatn pour en profiter et nous choisissons de la débuter par la visite du Lac Viti dont la couleur jade semble irréelle. Nous avions essayer la veille au soir d’y aller mais à l’ombre impossible d’en visualiser sa couleur. Pour info, un certain nombre de randonnées partent de cet endroit mais nous n’avons pas la possibilité d’en inclure une dans notre programme.

La suite justement a lieu à l’est du Lac car nous avons rendez-vous avec les cascades de Dettifoss et de Selfoss.

Notre carte Michelin précise une route légendée en pointillés, ce qui n’est pas de bon augure pour l’état de la route ! On savait qu’on aurait dû se fier à notre expérience de la péninsule de de Snæfellsnes
En effet toute la partie à l’ouest des cascades est interminable tellement la route est caillouteuse… Privilégiez donc la route qui passe à l’est. Surtout qu’elle rassemble de nombreux panoramas sur la rivière assez spectaculaires.

Centrale géothermique de Krafla

Le Lac Viti

Paysage sur le chemin après la cascade de Dettifoss

Les chutes de Selfoss

Nous terminons la journée dans les délicieux bains de Mývatn dont je parle un peu plus dans l’article sur nos meilleurs spots de baignade.

– Jour 8 – Bonjour chers Macareux moine

Après deux journées hors du temps, nous quittons cette sublime région et prenons la direction de l’est du pays pour rejoindre les fjords.

Le premier arrêt de cette journée nous amène dans le port de pêche du fjord Borgarfjörður. La route pour y accéder est sensationnelle : nous alternons entre bras de mer et massifs montagneux enneigés. Ce fjord est assez reculé mais il vaut vraiment le détour.

A l’arrivée nous sommes accueillies par des colonies de macareux moine. Ce spectacle est enivrant : nous aurions pu y passer des heures à les regarder pêcher et revenir se nicher dans la falaise pour échapper aux labbes et aux goélands.

Sur la route caillouteuse pour accéder au fjord

Un superbe Macareux moine (Puffin en anglais)

La falaise des colonies de Macareux moine

Après cet arrêt inoubliable, nous partons découvrir les autres fjords de l’est de l’Islande et décidons de nous arrêter dormir sur l’un d’entre eux avec vue mer au réveil et cascade en fond sonore.

Le village du fjord Seyðisfjörður

Notre cadre pour la nuit : le fjord Mjóifjördur

– Jour 9 – Des montagnes au glacier

Les derniers jours passés ont été exceptionnels et nous disons au revoir à tous ces paysages pour rejoindre la partie la plus connue de l’Islande en faisant cap vers le sud. Nous rallions la ville de Höfn dont la spécialité est les langoustines.

Les restaurants en Islande sont hors de prix, nous n’avons donc pas du tout abusé pendant ce voyage et avons fonctionné quasiment tout le temps avec notre réchaud et quelques repas vites cuisinés.
Pour respecter notre budget, nous nous sommes donc rendues dans le restaurant Hafnarbuðin qui propose des plats esprit fast-food tout en mettant à l’honneur la spécialité de la ville. Leur sandwich ont très bonne réputation et c’est l’occasion de se faire plaisir à moindre coût.

dav

Après cette pause gustative, nous prenons la direction de Jökulsárlón, très connue pour ses nombreux glaciers. Nous arrivons en milieu d’après-midi sur le site et nous sommes surprises par le monde que nous avons finalement très peu vu jusqu’à présent.
Les icebergs de Jökulsárlón nous offrent un spectacle incroyable car pour tous ceux qui veulent vivre cet endroit il suffit de rester quelques heures à observer pour voir se retourner des icebergs et les voir s’échapper en direction de la mer.

C’est assez étonnant parce que j’avais tellement idéalisé cet endroit que je m’attendais à plus d’icebergs, plus d’action et de mouvements et une fois arrivée sur la place j’ai ressenti un peu de déception. 
Alors qu’en toute objectivité cet endroit est juste Wahou ! La notoriété ne dessert pas toujours l’appréciation du lieu et l’excès d’information, de photos sur Instagram peut donner une version trop déconnectée de la réalité.

Nous quittons tardivement ce havre de paix et faisons étape pour la nuit auprès d’une langue du glacier Vatnajökull qui recouvre pas moins de 8% de la surface de l’Islande. On peut dire là encore que le cadre pour dormir n’est pas trop vilain. 🙂

– Jour 10 – Retour sur le sable noir

Nous sommes réveillées par le bruit d’autobus. Ce qui nous inspire à aller voir ce qu’il y a au bout du chemin !
Nous retrouvons des personnes équipées en pitons et crampons prêtes à faire l’ascension d’une partie du glacier. Nous décidons à notre tour de nous rapprocher le plus possible pour apprécier la vue.
Pour info il est strictement interdit d’accéder au glacier sans équipement, nous restons donc juste devant histoire d’immortaliser ce moment.

Après cette petite marche, nous prenons la direction du Visitor Centre de l’Eyjafjallajökull, ce célèbre volcan au nom imprononçable (éyaflatiayokoul en version phonétique) qui a paralysé l’espace aérien en 2010 pendant plus de 5 jours.
En réalité les lieux sont tenus par les propriétaires d’une ferme située à quelques kilomètres et qui proposent de visualiser les répercutions de l’éruption volcanique sur leur vie ainsi que dans le monde.

Cette région est très riche en excursions, là encore nous n’en avons pas réalisé pour une problématique budgétaire. Il faut savoir que l’excursion d’1h30 sur le glacier coûte environ 80€. Cela dit, certaines sorties ont l’air vraiment exceptionnelles et se retrouver au milieu de toute cette glace doit procurer une sensation unique.

Notre prochaine étape nous amène à Vík dont nous tombons immédiatement sous le charme de sa plage de sable noir et de ses colonnes basaltiques entourées du vol des oiseaux !

– Jour 11 – Si près du Landmannalaugar…

Pour débuter cette nouvelle journée, nous décidons d’observer les plages de Vík sous un nouvel angle en rejoignant la péninsule de Dyrhólaey et ses sublimes arches. Si la journée de la veille était ensoleillée, l’atmosphère ce jour-ci est plus brumeuse et intensifie l’ambiance sombre de ce lieu.

La deuxième étape de la journée nous conduit à l’une des cascades les plus connues d’Islande : Skógafoss. Vraiment impressionnante de par sa taille, il est possible de remonter le cours d’eau sur plusieurs km.

Le mauvais temps nous dissuade pourtant d’en faire l’exploration. Nous privilégions donc la découverte par la route et prenons la direction du Cercle d’Or en résidant pour la nuit à proximité du Landmannalaugar. Cette étape ne sera pas pour cette fois : les routes pour y accéder étant réservées aux 4×4…

– Jour 12 – Immersion au cœur du Cercle d’or

Quel bonheur de se réveiller le matin au milieu de la nature et des lupins ! Ces couleurs sont vraiment incroyables !

Et dire qu’à proximité de notre lieu pour dormir se trouve LA cascade la plus belle à mon goût de tout ce séjour : Hjálparfoss. Ces deux chutes qui se jettent dans un réservoir d’eau ont un charme fou ! Peu connue elle est située à proximité d’une reconstitution de maisons traditionnelles Viking nommée Þjóðveldisbærinn.

Hjálparfoss

Une maison Viking traditionnelle

Le programme de notre après-midi est uniquement consacré au fameux Cercle d’Or pour en découvrir les trois spots légendaires :

Goðafoss

Baignée par un arc-en-ciel cette double cascade est enivrante et populaire 🙂 C’est le coin le plus touristique que l’on ait vu pendant notre séjour avec de nombreux bus et un aménagement assez important autour du lieu.

Geysir

Notre deuxième étape nous conduit à découvrir la zone volcanique des geysers dont l’un d’entre eux a donné son nom au phénomène. Aujourd’hui le plus actif d’entre eux est Strokkur. Avec une éruption toutes les 5 minutes environ on en prend plein les yeux !

Þingvellir

Connu comme étant l’un des plus vieux parlements au monde, ce site historique présente également au cœur de son parc national la zone où se rejoignent les plaques tectoniques nord-américaine et eurasienne.

Nous n’avons pas résister à l’envie de découvrir la faille de Silfra dont la limpidité de ses eaux attirent chaque jour de nombreux plongeurs.

IMG_7743

– Jour 13 – La promesse du Blue Lagoon est tenue

Retour dans l’ouest du pays pour rejoindre la Péninsule de Reykjanes qui accueille le célèbre Blue Lagoon. Pour en savoir plus sur cette incroyable baignade ça se passe sur l’article de nos meilleurs baignades.

En dehors de ces bains de plein air, la péninsule est moins visitée alors qu’elle regorge de phénomènes géologiques assez spectaculaires. Sur la route nous avons été captivées par les mouvements que la lave en fusion a laissés. Ces paysages s’étendent sur des km avant d’arriver sur un autre spot de marmites de boue comme nous avons pu en voir dans l’est du pays dans la région de Mývatn : Seltún.  Quand le soleil donne encore sur ces couleurs ocres et grises cela rajoute une intensité à ces paysages lunaires.

– Jours 14 & 15 – On avait presque oublié ce qu’est le confort

Après des jours d’aventure, nous restituons la voiture et profitons des nos derniers jours dans la capitale Reykjavík. Quel bonheur de retrouver un vrai lit, une vraie couette et surtout de la chaleur pour dormir 🙂

Si nous n’avons pas été hyper emballées par la ville finalement assez petite, les boutiques sont charmantes et de bons goûts.

Pour autant nous ne recommanderions pas de passer trop de temps par ici. Après cela peut être un bon point de chute pour ceux qui souhaitent passer quelques jours en Islande car de nombreuses excursions sont organisées au départ de Reykjavík.

1 an après : l'émotion est toujours là

15 jours de voyage et pourtant l’impression d’être parti des mois à des milliers de km de la France. Terre de contrastes, l’Islande est également le pays des superlatifs : nous avons arrêté de compter dès le deuxième jour le nombre de cascades et de rivières que nous avons pu admirer. 
Espérant que les photos parviennent à retranscrire une infime partie des incroyables paysages que nous avons pu découvrir. Certes la destination est rude car le climat n’y est pas toujours clément, pourtant on oublie instantanément le froid et la pluie quand on tombe face à des landes de laves refroidies et des km de montagnes verdoyantes.

Pendant toutes ces journées c’est inimaginable de se dire qu’on a pu observer tant de diversités. La rencontre avec les macareux moines a été l’une de mes plus belles émotions tellement cet oiseau est gracieux. Et que dire de la force de la terre quand on voit jaillir du sol des mètres d’eau prêts à vous arroser !

Il est certain que ces quelques jours ne sont qu’un aperçu de la richesse de ce pays tant il en a à nous faire découvrir : l’Islande en Hiver et ses aurores boréales, les randonnées au Landmannalaugar, les fjords de l’Ouest…
Autant d’expériences à réaliser qui donnent l’impatience d’y retourner sans attendre pour se prouver que tout cela existe réellement. Comme si autant de beauté ne pouvait être que le fruit de notre imagination…

Envie de vivre encore plus intensément l'expérience Islandaise ?

Ásgeir

Lire la vidéo

Sense8

Lire la vidéo

Trapped

Editions Grands Voyageurs

Arnaldur Indriðason

Bjork

Vous êtes sur Pinterest ? Partagez et suivez-moi !

Islande-terre-de-feu-et-de-glace-pinterest-les-pieds-dans-le-vide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *