ILE MAURICE – Mon premier voyage en solo

Finalement ce ne sera pas le Portugal...

Depuis octobre 2018, les billets d’avion étaient réservés : je devais partir pour la première fois seule. Et pour ce joli projet, afin de ne pas trop m’éprouver, j’avais opté pour une semaine au Portugal entre Lisbonne et Porto. Le confort de la culture Européenne et de la ville pour m’initier au voyage en solitaire tout en douceur. Tout était calé, mes réservations pour les auberges de jeunesse étaient bouclées, je savais ce que je souhaitais visiter, je m’étais même inscrite dans les groupes portugais de CouchSurfing pour pouvoir rencontrer du monde sur place.

Et puis il arrive des moments dans la vie où l’on repense ses priorités. Finalement ce projet prévu depuis 5 mois s’est avéré complètement éloigné de ma réalité et de mes besoins le jour venu. J’avais besoin de nature, de soleil, de chaleur, et de dépaysement. Beaucoup plus de dépaysements. Beaucoup plus de chaleur. Et de repos.

Ce n’est pas le voyage où j’ai fait le plus de photos (surement le moins d’ailleurs). Et une grande partie du pays m’est encore totalement inconnue à ce jour. C’est pourquoi, je vous propose un article un peu différent de ce que j’ai l’habitude d’écrire, un peu plus personnel, dans l’esprit d’un carnet de voyage 🙂 On remonte un peu le temps jusqu’à mars 2019 et c’est parti !

Je pars dans un endroit de rêve réservé à la dernière minute,

A 3 jours du départ, je venais d’annuler mes réservations, je savais que je voulais partir. Toujours seule. Mais pas en Europe. Finalement ce moment où « Tout est possible » est toujours déroutant. Je n’avais jamais connu cette effervescence de la réservation de dernière minute. Pour la première fois de ma vie, j’avais devant moi le monde entier prêt à m’accueillir. Quelle joie !

Et puis on réalise qu’avec une semaine de congés et pas de vaccins anticipés ce n’est peut-être pas le monde entier qui s’offre à nous. On peut être rêveur mais le pragmatisme s’avère quand même utile 🙂
J’ai donc dû repenser mon projet en ajoutant la contrainte d’un décalage horaire pas trop important avec un budget pas non plus extensible.

Bon, le cadre est posé. Finalement je rêve de quoi ? Mes premières envies se sont tournées vers les pays du Moyen-Orient comme Oman qui promet plages de rêve à proximité du désert. Mais il faut bien reconnaître que la destination reste vraiment onéreuse.
Et survient ce moment incroyable où tu finis par arriver sur des destinations que jamais de ta vie tu n’avais envisagé. Tu te dis qu’après tout, un pays où ils parlent ta langue, ça peut aussi être sympa et permettre des échanges plus riches.

Situé au milieu de l'Océan Indien.

Alors là, si je vous dis que ça parle Français, que le décalage horaire n’est pas très important, qu’il y fait chaud et surtout que les plages sont paradisiaques, bon normalement tel Akinator (vous savez ce génie qui devine à tous les coups votre personnage, testez si vous ne connaissez pas et essayez de le piéger :D) ). Donc je disais, normalement ça doit commencer à se préciser. En plein coeur de l’Océan Indien… Bon là, vous vous dites « Je l’ai ! » et bien non ce n’est pas La Réunion :p

Et ce joli pays c’est : l’Ile Maurice !
Situé à un peu plus de 150 km à l’est de La Réunion, Maurice est réputée pour son cadre de rêve et ses eaux cristallines. Une belle promesse pour se changer les idées et se ressourcer. Ne restait plus qu’à trouver l’hôtel et les vols pour s’y rendre.

Après quelques recherches j’ai eu un coup de cœur pour une offre sur le site de LastMinute qui proposait de passer 6 jours à l’hôtel Laguna Beach, à l’est de l’île. Ce qu’il y a d’incroyable c’est que je ne m’étais jamais intéressé à ce pays, j’ai donc réservé sans avoir aucune idée des points d’intérêts, ni des modalités de transports. Juste en me fiant à mon intuition.

Ok c'est booké, mais il y a quoi à voir ?

Maintenant il me restait deux options : soit prendre les 3 jours devant moi pour lire, préparer et m’informer des immanquables de l’île ; soit continuer sur ma lancée et ne rien regarder. Vous vous en douterez, j’ai pris l’option 2. Quitte à vivre dans l’instant présent, autant faire confiance en l’Univers dans sa capacité à nous apporter la bonne information au bon moment 🙂

Me voilà donc avec comme seul support un Lonely Planet « En quelques jours » (on ne se refait pas complètement :p) et une valise à complètement restructurer. Et oui, celle préparée pour le Portugal manquait cruellement de maillots de bain, de tuba et de masque de plongée… Bon là je suis sure que certains d’entre vous doivent se dire elle a quand même de la veine celle là de partir dans un endroit aussi magique alors que chez nous il fait 5 degrés Celsius ! C’est vrai 🙂

11h de vol plus tard, bienvenue au Paradis.

Une de mes premières surprises c’est l’étonnement des Mauriciens de me voir venir seule dans ce pays plus habitué aux voyages romantiques et aux lunes de miel qu’aux voyageuses solitaires en mal de nature. Je dois un peu dénoter 🙂

A mon arrivée à l’aéroport, tôt le matin, la chaleur étouffe. C’est incroyable de voir à quel point notre corps oublie vite la sensation de chaleur. Pourtant le Vietnam ne semble pas si loin. Bon pas de chauffeur à mon arrivée, une petite déconvenue qui me laisse le temps de discuter avec une allemande rejoignant un ami vivant sur l’île. C’est sa 3ème visite. Je comprendrai les jours suivants pourquoi ce pays donne tant envie d’y revenir.

Une fois à bord du taxi, les paysages de Maurice s’offrent à moi pour la première fois : vastes champs de canne à sucre, montagnes verdoyantes et villages authentiques… Je ressens cette intime conviction que je suis au bon endroit. Après 40 min de routes tortueuses, le Laguna Beach me fait face : un hôtel de taille modeste, aux décors irréels : mer en toile de fond et piscine à débordement, le tout au milieu des palmiers. Bon et si on ajoute une chambre lit King-Size avec vue sur tout cela, clairement cela invite au repos et à la relaxation. Ce que je fis le jour même pour compenser l’absence de sommeil de mon vol nocturne.

Seule au milieu d'un village de pêcheurs,

Deuxième jour à Maurice, il fait chaud. Ça tombe je suis là pour ça. Dans ma soif perpétuelle de découvertes, je prends conscience que l’hôtel est certes magique, mais que sa localisation ne permet pas beaucoup d’autonomie. Il y a très peu de choses à faire dans le village et les personnes de l’accueil ne parviennent pas à me renseigner sur les possibilités de bus. J’oublie l’option Location de voiture, car je n’avais volontairement pas pris mon permis, ne souhaitant pas me déplacer ainsi.

Bon, pour être franche, à ce moment là tu te dis « Qu’est ce que je fais là ? J’ai peut-être été un peu impulsive ? ». A défaut de partir par la terre, l’hôtel propose des navettes pour accéder à l’île aux Cerfs (un des immanquables dixit Lonely Planet :p). Je me hâte donc de partir en excursion l’après-midi, non sans mal car la navette ne part pas pour une seule personne. Et vous l’avez compris, je suis seule 🙂 Mais c’est mal me connaitre 🙂 Les Mauriciens sont définitivement sympas et je peux partir pour un trajet privatisé !

Environ 30 min de bateau plus tard, me voilà sur l’île aux Cerfs. C’est touristique indéniablement, je ne suis pas la seule à avoir eu l’idée malgré le temps mitigé. En partant vers le nord, il est possible de rejoindre à pied l’îlot Mangenie, plus sauvage et donc plus authentique. Enfin authentique, on aperçoit au loin une succession de parachutes ascensionnels qui enchaînent les clients 😀

Le lieu vaut définitivement le détour, et je n’ose imaginer sous un grand ciel bleu, la couleur de ses eaux …

Donc au menu ce soir c'est coquillages et crustacés !

La localisation de l’hôtel excentrée de la ville m’amène à profiter de mes soirées pour prendre le temps de lire et de me relaxer. Et si finalement c’était pas aussi ça les vacances ? Assez peu habituée à me reposer en vacances, c’est un apprentissage là encore 🙂

Je profite de mon temps libre pour me rendre à la boutique de l’hôtel, et spontanément le gérant me demande si j’ai déjà mangé des langoustes. Euuuuh ben non en fait, et il m’annonce être pêcheur et me propose de venir le soir venu manger chez lui. Ce que j’accepte. Et parce que dans la vie on ne sait jamais à l’avance le résultat de nos actions, il me proposera de l’accompagner à la pêche le surlendemain !

A la découverte du nord de l'île par la terre,

N’étant pas pleinement informée sur les modes de transports locaux, j’opte pour cette nouvelle journée de partir visiter le Nord de l’île en taxi. J’avoue avec du recul ne pas avoir aimé ce format de transport où le taxi m’attendait à chaque halte, un peu oppressant avec l’impression de ne pas pouvoir aller à mon rythme. Le Nord de l’île est totalement différente de ce que j’ai vu jusqu’à présent. Beaucoup plus balnéaire. Des casinos, des boîtes de nuit… Ça me change de mes couchers de soleil accompagnés du bruit des oiseaux !

Les plages superbes s’enchaînent entre Trou aux biches et Grand baie mais trop touristique à mon goût. J’ai littéralement eu un coup de cœur pour la plage de Pereybère avec cette jolie plage de sable fin, son eau turquoise et ses palmiers au premier plan … Cette partie de l’île est réputée être la Côte d’Azur de Maurice et on comprend mieux pourquoi ! 

J’en ai profité pour découvrir la capitale de l’île Maurice : Port-Louis connu pour son marché. Et quelle surprise une fois à l’intérieur : des fruits et légumes à perte de vue ! J’y ai retrouvé de grandes similitudes avec ceux faits au Vietnam de part le nombre de plantes aromatiques proposées. Clairement ça donne envie de cuisiner ! Par contre pas de réel coup de cœur pour cette ville, que je ne recommanderai pas forcément. Elle a cependant le mérite d’être bien située avec de nombreuses correspondances pour rallier chaque extrémité du pays.

A proximité se trouve le jardin de Pamplemousses, un petit havre de paix où il fait bon se balader au milieux des nénuphars géants, lotus et palmiers qui mérite d’y passer un peu de temps si on veut profiter du calme du lieu.

Puis de l'est de l'île par la mer,

Comme convenu 2 jours plus tôt avec Messon, nous avons rendez-vous à la pêche ! Bon, la mer et moi on s’aime beaucoup. Mais malgré tout cet amour, elle ne peut s’empêcher de me rendre malade et gâcher nos rencontres 🙂 Un « Mer calme » plus tard, je suis prête ! Masque Décathlon, tee shirt spécial « je reviens pas les épaules cramées » et nous voilà partis naviguer sur le lagon.

Etape 1 : ramasser les oursins qui serviront d’appâts pour les langoustes dans les nasses.  Etre en plein milieu de la mer, se jeter à l’eau puis se rendre compte que l’on a pied est vraiment un bonheur incroyable !!! C’est définitivement rassurant 🙂

Etape 2 : prendre la direction de la barrière de corail pour relever les nasses et les échanger avec celles ayant les appâts. Bon ça c’est l’étape où je ne rentre pas en jeu 🙂 Les vagues qui se cassent sur le récif corallien sont plus importantes. J’en profite pour apprécier la vue et ce calme, perdue au milieu de l’océan Indien.

Pour découvrir la barrière de corail.

Nous reprenons le bateau pour accéder à une zone aux vagues plus douces et Messon se propose de m’amener voir la barrière de corail. Là joie immense dans mon cœur !!! Hop on remet le masque et c’est parti !!!! Wahou difficile d’imaginer tout ce qu’il se passe là dessous : on en prend plein les yeux  et je rencontre mon premier poisson perroquet :p

Je n’ai fait qu’un baptême de plongée dans ma vie, pour autant je suis toujours impressionnée de voir comment le temps s’arrête une fois sous l’eau. Je reste subjuguée par toute cette vie et cette effervescence perpétuelle. 2 min ou 15 min, impossible d’évaluer le temps passé à admirer toute cette richesse sous-marine ! Renouveler les plongées dans les différents spots de l’île semble vraiment être un indispensable tellement il y a à découvrir !

Avant de partir je rêvai de rencontres authentiques. Je n’imaginais pas que mon voyage m’amènerait autour de la table de Mauriciens, à blaguer et à échanger sur leur vie, leur quotidien. Nous terminons cette superbe journée ensemble autour d’un plat de poisson en ayant déjà conscience que le séjour sera trop court mais avec la certitude d’avoir rencontrer à Maurice des personnes généreuses et remplies de joie de vivre.

dav
dav
dav

Puis finir dans le sud en transports locaux.

Ces premières expériences ont dopé mon envie d’en voir encore plus et autrement. Alors pour cette nouvelle journée, pas de taxi, pas de bateau, mais une virée en bus local. Juste s’échapper de l’hôtel, refuser les taxis attendant le touriste et saisir le premier bus qui passe. Je ne boude pas mon plaisir et me sens pour la première fois de ce voyage à ma place. Je suis redevenue une parmi les autres à la place d’une touriste. 
Les bus locaux dans tous pays sont réputés bons marchés et là sans surprise, pour 40 km de trajet j’ai dû payer environ 4€. Avec le plaisir de repasser au milieu des champs de canne à sucre.

Après une route un peu tortueuse et 1h30 de voyage, je débarque à Blue Bay sur recommandation de Messon. Ici pas de station balnéaire mais une jolie plage à l’eau toujours aussi irréelle donnant sur une petite île en arrière plan entourée de la barrière de corail. Pas de grand programme pour cette journée : chiller, lire et se ressourcer. Je commence à ne plus vouloir courir partout, juste apprécier l’instant présent.

La sieste passée, je remonte le long de la plage vers le nord en direction de la Pointe d’Esnay. C’est définitivement le cadre que j’aime : de petites maisons ou pensions au bord de l’eau. Idéal pour se ressourcer et apprécier la vue. C’est la journée que j’ai la plus aimée ! De par sa simplicité mais en même temps par la beauté des lieux. Un endroit hors du temps dont je me souviendrai toujours. 
Je n’ai que peu de photos, comme si je craignais que la visualisation des photos vienne gâcher les émotions ressenties. Il ne vous restera donc qu’à me croire sur parole et à en faire l’expérience par vous-même 🙂

Et avec cela, piscine, cocktails et soleil...

Mes deux derniers jours sur place sont assez simples à résumer : un bon livre, des lunettes de soleil et un transat… Enfin j’allais oublier : baignade bien sûr ! 
Je suis arrivée très fatiguée en ce début de voyage. Avec l’intention de prendre juste le soleil. Mais finalement je suis heureuse des quelques excursions que j’ai improvisées. Alors oui , l’île a encore plein de jolies choses à me montrer. Mais je suis heureuse des rencontres que j’ai faites et qui m’ont tellement donné envie de revenir. Alors il est certain que ce ne sera pas ma dernière visite en ces terres.

dav

Je te dis à très bientôt Maurice ! Et merci !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *